Qui va lentement va sûrement : cap sur le SLOW TRAVEL

Slovenie-volontariat-environnement-individuel-1-1024×768

Ça y est. Le monde a lentement entamé sa réouverture progressive et, bientôt, la vie pourra reprendre son cours normal. Normal, vraiment ? Pas tout à fait. Effectivement, il serait absurde de penser que, sous prétexte que cette phase de confinement s’est plus ou moins bien déroulée, nous pouvons à nouveau nous ruer dans les gares et les aéroports pour foncer à l’autre bout du monde. Eh oui, nous avons tant rêvé de voyage ces dernières semaines, alors nous voulons à tout prix rattraper le temps perdu ! Vite ! On monte dans un avion ! Vite ! Puis dans un train ! Vite ! Voyager encore ! Toujours plus vite ! Nous n’avons plus de temps à perdre !

Et si, justement, nous en avions, du temps à perdre… ? Et si cette période que nous venons de traverser avait quelque chose à nous apprendre sur notre façon de voyager ? Voilà une excellente occasion de découvrir une nouvelle tendance qui a pris de plus en plus d’ampleur ces dernières années. Cap sur un nouveau mode de voyage que certains ont adopté depuis longtemps, bien avant la pandémie.

Le Slow Travel, c’est voyager lentement. Ah ça merci, on avait compris. Mais voyager lentement, ça veut dire quoi ? Ça veut dire ne pas céder à la pression et à la tentation de vouloir tout visiter, tout voir, en un temps limité. Le Slow Travel, c’est au contraire prendre son temps, à l’heure où la société nous pousse souvent à courir pour ne jamais rien manquer. C’est accepter de manquer certaines choses pour mieux profiter d’autres.

Le but est de se connecter avec la communauté locale de la région que l’on visite, au lieu de la découvrir simplement en surface. On cherche à comprendre au mieux sa culture, à s’y intégrer, plutôt qu’à prendre quelques photos des monuments principaux et revenir chez soi sans avoir appris grand-chose. Il ne s’agit pas forcément de voyager plus longtemps (et donc de dépenser plus), mais plutôt de rester plus longtemps dans un même endroit pour le découvrir plus en profondeur. Ce n’est donc pas un mode de voyage réservé aux plus riches, bien au contraire !

Les façons d’adopter le Slow Travel sont multiples. Il est question de repenser autant sa perception du voyage que son mode de transport. Fini les weekends en avion ! Place au train-hiking ! Un mélange de trains de campagne et randos pour découvrir les trésors ruraux bien cachés ! Place au stop pour rencontrer des locaux super sympas ! (Bon celui-là il dépend un peu de la culture locale bien sûr ! À ne pas essayer aux États-Unis !) Ressortez votre vélo pour vous lancer sur un des nombreux sentiers européens. Qui sait sur quelle aventure il vous mènera ? Ou bien tentez la randonnée, la Slow Travel par excellence. Quelle meilleure façon de connaitre un lieu que d’arpenter ses routes et ses chemins ?

Le Slow Travel c’est bien sûr suivre certaines de ses convictions écologiques, mais aussi humaines ! Loin de la vision consumériste et touristique du voyage, le Slow Travel a pour but de vivre des aventures humaines ! Que ce soit du temps partagé avec d’autres randonneurs, une rencontre en stop, une conversation en terrasse ou une expérience de volontariat ! Parce que oui, le volontariat s’intègre parfaitement dans cette façon de voyager. Quoi de mieux pour faire des rencontres et apprendre à connaitre la culture locale ? Le SVI propose justement plusieurs projets rentrant dans cette optique de voyage « en profondeur ». Bon nombre de nos associations partenaires locales sont prêtes à vous accueillir sur leurs fermes écologiques, projets de permaculture ou autre, et ce, aux quatre coins de la planète : projet de rénovation d’un château en Allemagne avec l’association ICJA, animation de cours d’anglais pour des enfants avec l’association SJ Vietnam, et bien d’autres encore !

Pour ne citer qu’un exemple de plus parmi des dizaines d’autres, l’association EstYES vous permet de partir deux semainesen Estonie et de prendre part aux activités d’une ferme écologique dédiée à l’apiculture. Quoi de mieux pour découvrir la culture du pays depuis l’intérieur auprès de travailleurs locaux et passionnés ? Là-bas, vous n’allez pas simplement visiter l’Estonie. Vous allez découvrir son cœur.

Les possibilités sont nombreuses ! Alors n’hésitez pas ! Changez votre façon de voyager !

 

Blog Attachment